Notre monde est aujourd’hui et plus que jamais menacé. Si nous continuons à exploiter de la  manière actuelle ses richesses premières que sont la forêt et l’eau, nous nous exposons à de graves catastrophes qui sont non seulement géophysiques et écologiques (désertification, érosion, réchauffement de la planète, etc), mais encore sociales et politiques. Et, dans cette perspective, aucun pays ne serait épargné, les pays pauvres comme les pays riches, ceux du Nord comme ceux du Sud. 

Nos sociétés sont en effet aujourd’hui confrontées à de nombreux défis démographiques, défis économiques, défis culturels et linguistiques, aussi, défis éthiques et politiques. Dans tous les continents, on se trouve face à une population tout à la fois plus nombreuse, plus vieille et plus jeune, population qu’il faudra rendre plus participative et plus utile au développement. C’est dire que l’enseignement supérieur doit évoluer et s’adapter. 

Université Médicale Hanoi en 2009 par NTT Wikimedia (Communs)
Université Médicale Hanoi en 2009 par NTT Wikimedia (Communs)

L’enseignement supérieur, en tant qu’instance de formation, de recherche et de service, peut et doit aider à construire de nouvelles solidarités d’abord au plan national, ensuite aux plans régional et mondial. En effet, qui mieux que lui peut aider à définir le bien commun mondial, à développer à son sujet une prise de conscience citoyenne dans le monde et surtout à faire admettre des règles de conduite commune qui nous permettraient de modifier les mentalités et les comportements de manière durable? 

Auditoire 2 lors de la journée du parrain à lUniversité Cheikh Anta Diop (UCAD) à Dakar
Auditoire 2 lors de la journée du parrain à lUniversité Cheikh Anta Diop (UCAD) à Dakar

Le rôle de l’université dans l’environnement, l’économie et le développement durable.

Dans l’espace francophone, et particulièrement en Afrique avec les indépendances, il s’est créé plusieurs universités sur le modèle français pour la plupart. De nombreux travaux scientifiques ayant eu pour axe les universités et leurs liens avec l’économie et l’environnement, notre communication soulèvera la question « de la participation des universités dans la formation du citoyen au changement des modes de production et des pratiques de consommation pour le développement durable, au titre de son engagement citoyen et humaniste ». Vers quelles perspectives irions nous, quand nous savons que l’une des principales missions de l’enseignement supérieur est de servir la société?

Université de Lubumbashi photo prise sur le site www.cabinetunilu.blogspace.fr
Université de Lubumbashi photo prise sur le site www.cabinetunilu.blogspace.fr

 

L’Université et son évolution

Après la vague de démocratisation de nos Etats dans les années 1990, le nombre d’étudiants à connu une croissance passant de 2,6 millions (en 1990) à 8,6 millions (en 2006), et les autres secteurs de l’éducation ont suivi la même évolution. « A l’origine, les dispositifs d’enseignement supérieur dans la plupart des pays francophones d’Afrique ont été conçus pour former les cadres destinés à diriger le pays nouvellement indépendants. »

Le grand économiste Meynard Keynes avait écrit : « nos dirigeants politiques sont les esclaves d’économistes morts depuis longtemps et dont ils ne connaissent même pas le nom ». Plusieurs, de nos théories économiques, nos méthodes scientifiques, notre conception de l’université, nos modèles de démocratie, nos institutions sont héritées d’un monde aujourd’hui disparu.

Auditoire lors de la journée du parrain à lUniversité Cheikh Anta Diop (UCAD) à Dakar
Auditoire lors de la journée du parrain à lUniversité Cheikh Anta Diop (UCAD) à Dakar

Après plusieurs années d’immobilisme aux alentours des années 1990, de nouvelles dispositions législatives permettent le croisement entre la formation continue et l’université. A côté de l’Université classique on assiste à la naissance d’un secteur privé de l’enseignement supérieur qui évoluera. Dans un désir de diversifier les voies d’accès à l’enseignement supérieur, les Etats l’ont permis afin de réduire la pression démographique à l’entrée de l’université classique et de promouvoir les formations professionnelles courtes. Il scolarise aujourd’hui un cinquième des étudiants sur le continent.

Les sciences humaines et sociales reçoivent en moyenne 42 % des effectifs, et moins du quatre sont inscrits dans les filières scientifiques.

Université Senghor d'Alexandrie photo prise sur le site www.fr.wikipedia.org
Université Senghor d’Alexandrie photo prise sur le site www.fr.wikipedia.org

(A suivre)

 

The following two tabs change content below.
etiennebilly

etiennebilly

Promoteur chez TKEB GROUPE
Étienne TSHISHIMBI est informaticien, titulaire d'un Master. Mes centres d’intérêts sont le renforcement de la coordination entre les grandes orientations du SMSI et des ODD ; les villes intelligentes et connectées dans lesquelles les personnes vivant avec un handicap (PVH) seront bien incluses grâce au numérique et l’appel aux investissements qui permettent le déploiement aujourd’hui des réseaux indispensables pour demain. Je crois au réveil de l'Afrique par le travail en y associant l'espérance, la foi et l'Amour. En marche vers une autre Afrique avant 2063.
etiennebilly

Derniers articles paretiennebilly (voir tous)